MIAOW invite régulièrement un acteur dans le domaine de la déco ou de l’architecture pour nous livrer ses 3 j’aime ! 3 j’aime dans la boutique MIAOW et 3 j’aime tout zazimut sut tous et n’importe quoi.
Ici 
Agnès Zamboni :


Journaliste depuis une vingtaine d’années dans le domaine de la presse écrite magazine, spécialisée maison et grand public, et auteur de plusieurs livres dans le même univers, elle a toujours valorisé les savoir-faire, l’innovation, les mélanges de tradition et de modernité qui sont porteurs d’avenir. Elle donne souvent priorité aux professionnels de la maison qui travaillent dans un esprit de développement durable. De son point de vue, mêler références intemporelles, rééditions actualisées, pièces vintage, créations actuelles,  c’est le secret d’une décoration unique et pleine d’esprit. 

Les 3 J’aime dans la boutique MIAOW !


Les 3 J’aime tout zazimut !

 

Les puces du design. Un marché du design pour chiner

 


Mon marché préféré, c’est les Puces du design qui a lieu deux fois par an, au printemps et à l’automne à Paris. A chaque fois, on y découvre des meubles, des objets de designers et d’éditeurs qui ont construit l’histoire du design et qu’on a aperçu dans des films mythiques….comme ceux de Louis de Funès où la décoration était toujours très typée et soignée.

 

Les cornichons à Reims. Un resto décalé à la déco insolite

Rien à voir avec la chanson de Nino Ferrer…A deux pas de la Cathédrale de Reims, entre ambiance feutrée et atmosphère décalée, le restaurant Les Cornichons* a été revisité par le designer Carlos Pujol. Situé dans le quartier branché de la halle du Boulingrin, protégé par les Monuments Historiques et qui regroupe tous les métiers de bouche de tradition, ce restaurant a été réhabilité dans un esprit vintage et industriel. L’inspiration de Carlos Pujol s’est  rapprochée de l’univers de Michel Audiard et des « Tontons Flingueurs ». Et dans cette cantine décalée, on propose une cuisine de terroir.

*Lors de la Révolution Française, les rémois siégeant à l’Assemblée se trouvaient sous la corniche… d’où le surnom de « cornichons » pour les identifier plus rapidement.

 

L’oasis d’Aboukir. Une place pour se reposer

L’Oasis et son mur végétal réalisé par le botaniste chercheur Patrick Blanc, rue d’Aboukir, dans le quartier si vivant du Sentier et le 2ème arrondissement. Un havre de paix et un tableau de verdure au cœur d’un réseau de rues dépeint dans le film « La Vérité si je mens ».